top of page

Les taux d'intérêt directeurs bas : un poison qui agit lentement


Qu'est-ce qui cloche dans nos économies ?


Je lis beaucoup de commentaires négatifs sur le capitalisme (système économique), ou le libéralisme (philosophie politique...de liberté, avec une déclinaison économique, qui n'est appliquée quasi nulle part), mais à mon avis il y a une lecture erronée de certains phénomènes économiques.


Je vais tenter d'expliquer pourquoi ce n'est pas le "marché (+ ou -) libre", la cause des problèmes économiques, mais un interventionnisme politique excessif, qui ont "fiscalisé" la politique monétaire, notamment en Europe.


CONSTAT


Je vous partage le schéma ci-dessous qui témoigne de la financiarisation à l'extrême de l'économie au détriment de l'économie réelle.




Il y a eu un véritable tournant dans nos économies avancées, en 2000.


Depuis 20 ans, l'essentiel de l'activité économique se traduit par la hausse des valorisations d'actifs financiers, au détriment de la croissance des revenus salariaux et de l'investissement productif.


En parallèle, la dette globale a dépassé 300 trillions de dollars (360% du PIB mondial = record), ce qui pose un problème de stabilité.


Avant 2000, la richesse nette évoluait en harmonie avec le PIB.


Depuis 2000, 77% de la croissance de la valeur nette proviennent de la hausse des prix et des valorisations d'actifs.


CONSEQUENCES


Les tensions sur l'offre actuelles sont en grande parties liées à l'insuffisance d'investissement dans l'appareil productif.


La difficulté de trouver du personnel qualifié est aussi un symptôme car les rémunérations des salariés stagnent.


L'inflation actuelle est liée au fait que "trop de monnaie chasse trop peu de biens".


Ce sont des phénomènes monétaires même s'ils sont indirects.


CAUSE


Un environnement de taux d'intérêt très bas, voire en territoire négatif, beaucoup trop longtemps.


Cette politique a conduit les acteurs financiers à rechercher du rendement, et à prendre de plus en plus de risques.


Ou, a conduit les ménages et les banques à conserver leur épargne en avoir liquides (trappe à liquidités).


Oui, mais la BCE a réagit face à l'inflation (monétaire) ?


bof...dans le contexte d'inflation actuel, les taux atteignent des taux d'intérêt réels négatifs records.


La politique monétaire est toujours ultra-accommodante.


DEFI ECOLOGIQUE


En dehors des conséquences sus-cités, les immenses transitions énergétiques et écologiques ne pourront être financées que par l'épargne des ménages.


Et non par la création monétaire.


Il conviendrait de restaurer les conditions à l'investissement long.


CONCLUSION


C'est la politique monétaire qui a joué un rôle décisif dans la financiarisation massive de l'économie.


Le "bien commun" est la "stabilité" de la monnaie, et non la "monnaie".


Il faut revenir a du bon sens et rémunérer l'épargne et le travail.


En attendant un changement de paradigme, il y a peut-être bitcoin et l'or, pour se protéger d'une éventuelle crise des dettes.


Sources :

- The rise and rise of the global balance sheet - McKinsey

- En finir avec le règne de l'illusion financière - J. de Larosière

Comments


bottom of page